Vous êtes ici :

Accueil>PROTEGER l'environnement>Le traitement des déchets

Le traitement des déchets

La compétence « traitement des déchets » a été transférée au Syndicat Mixte départemental de Traitement des Déchets ménagers des Hautes-Pyrénées (SMTD65), créé en 2008.
Cela signifie que le SMTD 65 est en charge :

  • du transfert des déchets vers les sites de traitement,
  • du traitement de ces déchets ménagers (enfouissement, tri, valorisation...), produits, entre autre, par les habitants de la C.C.C.O, y compris des déchets déposés en déchèteries.

Dans le cadre de cette compétence, il est également le maître d'oeuvre du plan départemental  d'élimination des déchets ménagers et assimilés (PDEDMA) établi, approuvé et voté par le Conseil Général des Hautes-Pyrénées. Ce plan (consultable sur le site du Conseil Général) fixe, pour l'ensemble des déchets ménagers du département :

  • les objectifs en terme de production, de traitement, de valorisation...
  • l'organisation et les moyens, à savoir entre autre les types et nombres de sites de traitement nécessaires à l'atteinte de ces objectifs.

 

Depuis le 1er janvier 2016, l'Installation de Stockage des Déchets Non Dangereux (ISDND) de Bénac a fermé ses portes. Ce site accueillait jusqu'à présent l'ensemble des ordures ménagères produites par les foyers des Hautes-Pyrénées.

Face à l'opposition rencontrée dans le cadre de la création d'un nouveau site d'enfouissement dans le département, ainsi que le blocage de la construction de l'usine de traitement mécano-biologique de Bordères-sur-l'Échez, nous sommes désormais dépourvus de solution locale pour accueillir nos ordures ménagères. Ce sont alors plus de 60 000 tonnes qui devront être externalisées, c’est-à-dire traitées dans des installations situées en dehors de notre département.

Trois sites ont accepté de recevoir ces déchets, qui seront donc enfouis ou incinérés à Toulouse (31), Bessières (31) et Montech (82) dès 2016 et pour plusieurs années.

A l'échelle de notre canton, ce sont près de 2 600  tonnes qui sont concernées, ce qui représente un surcoût de transport non négligeable d'environ 20 € / tonne selon les premières estimations, soit 52 000 € / an.

Cette augmentation sera inévitablement répercutée sur l'ensemble des foyers présents sur le canton par le biais de la Taxe d'Enlèvement des Ordures Ménagères (TEOM) qui augmentera au minimum de 6 % en 2016.